Rue de Louvain 7 - 1000 Bruxelles - Tel : 02 5017551 - Fax : 02 5140753
Groupe socialiste du Sénat de Belgique

Accueil

Derniers Tweets

Dernière actualité

"Supprimer les fonds structurels européens pour mieux aider à la Flandre ? D'un cynisme et d’un égoïsme sans nom"

Communiqué de presse du groupe PS du Sénat (04/10/2018)

 

"Supprimer les fonds structurels européens pour mieux aider à la Flandre ? D'un cynisme et d’un égoïsme sans nom"

 

Christophe Lacroix, Président du groupe PS du Sénat et co-président du Comité d’avis fédéral chargé des questions européennes, s’insurge contre la proposition du Ministre-Président flamand, le N-VA Geert Bourgeois, de réduire de manière significative la politique européenne de cohésion !

 

 « C’est d’un cynisme sans nom !, explique Christophe Lacroix. La N-VA porte une nouvelle fois un discours d’égoïsme qui portera préjudice à l’ensemble de notre pays et, évidemment, avant tout aux Wallons et aux Bruxellois. D’un côté, le Ministre-Président flamand propose que les aides européennes, les fonds structurels, soient supprimés menaçant de facto des projets porteurs de développements au plus près des citoyens. De l’autre, il propose de créer un fonds sur mesure pour répondre aux besoins flamands suite au Brexit. A l’heure où la méfiance de nombreux citoyens vis-à-vis du projet européen est omniprésente, la N-VA donne des gages à l’euroscepticisme. »

 

Pour rappel, la politique de cohésion européenne a pour objectif de concrétiser la solidarité de l’Union en réduisant l’écart entre les niveaux de développement des différentes régions européennes. Elle représente pour l’ensemble de la Belgique un financement majeurs de projets porteur d’avenir mais aussi d’emplois.

 

Nos trois Régions belges (Flandre, Wallonie et Bruxelles-Capitale) reçoivent dans ce cadre des financements du Fonds européens de développement régional (FEDER) et du Fonds social européen (FSE). Pour la période actuelle, le montant total alloué à la Belgique pour financer la politique de cohésion avoisine les 2,28 milliards d’euros !

 

En tant que co-président du Comité d’avis fédéral chargé des questions européennes, Christophe Lacroix demande donc au Premier Ministre de venir exposer au plus vite la position officielle qui sera défendue par la Belgique sur le futur budget européen et plus particulièrement sur l’avenir de la politique de cohésion dans le cadre des négociations en cours au niveau européen.

 

Pour rappel, Christophe Lacroix est l’auteur d’une proposition dans laquelle il demande justement l’inverse de ce que demande Geert Bourgeois : la poursuite et le renforcement d’une politique de cohésion ambitieuse permettant d’atteindre les objectifs essentiels de développement socio-économique de nos Régions et qui a fait ses preuves par le passé.


Les débats au Sénat sur la qualité de l’air reportés aux calendes grecques par la majorité ! : où est la prétendue urgence climatique !?

 

Un texte, fruit de plusieurs mois de travail, sur l’amélioration de la qualité de l’air en Belgique devait être voté ce vendredi au Sénat.  Hier soir, les partis de la majorité fédérale ont décidé d’annuler purement et simplement la Commission parlementaire et de postposer le débat, faute d’avoir pu se préparer sur le sujet !

 

La Belgique vient encore d’être pointée du doigt par la Commission européenne comme dernière de classe en matière de législation sur les émissions de particules fines dans l’air. Il s’agit d’un problème très préoccupant. Il est urgent d’agir pour prendre des mesures à la hauteur des enjeux de santé publique !

 

La sortie du diesel, le soutien aux publics fragilisés très exposés à la pollution de l’air, la fixation de seuils d’émission qui n’affectent pas la santé des citoyens ou encore l’évolution de la fiscalité automobile : les débats portent sur des enjeux cruciaux.

 

La majorité a-t-elle peur de débattre du développement des transports en commun alors qu’ils procèdent par exemple à des coupes budgétaires de 3 milliards à la SNCB, qu’ils refusent de faire payer l’industrie automobile pour les conséquences des contrôles truqués et qu’ils n’en sont nulle part sur le pacte énergique.

 

Le MR semble plus réactif pour organiser des shows médiatiques en annonçant le rapport qu’à travailler concrètement à établir les mesures nécessaires. Une fois les effets d’annonce passés, il ne se passe plus rien et le débat en est au point mort.

 

Comme le souligne la Commission européenne, il est temps que la Belgique avance sur l’amélioration de la qualité de l’air. Face à l’urgence, les groupes PS et Ecolo veulent faire preuve de volontarisme au sein du Sénat.